Les Bolovens et l'incroyable histoire de Mr Hook

Après un séjour reposant aux 4 000 îles, nous avons décidé de rejoindre le plateau des Bolovens en auto-stop.

Faire du stop au Laos

Comme à notre arrivée dans chaque pays, nous profitons de notre première étape pour parcourir quelques blogs voyage pour voir les choses à faire et s'inspirer un peu. On tombe forcément sur celui des  Visas-Vies et leur expérience du Laos nous plait : ils l'ont fait en stop !!!!

C'est ainsi pleins de motivation et d'enthousiasme que nous quittons notre petite île pour 150 km de stop entre les 4 000 îles et Pakse, la ville de départ pour les Bolovens.

A peine débarqués de notre pirogue, nous abordons un camion de chantier, on discute un peu et il nous propose de monter sur les sacs de ciment à l'arrière pour nous déposer sur la route principale, ça commence bien ! Après seulement 4 heures et 5 véhicules différents. Petite fierté, nous arrivons à Pakse avant le bus rempli de touristes !

Parmi les conducteurs, il y a ce laotien qui nous explique qu' il s'arrête dès qu'il voit quelqu'un dans le besoin, surtout sur la route. Il pense que s'il fait une bonne action dans la journée, Bouddha l'aidera à mieux dormir le soir. Nous sommes assez admiratifs et on partage pleinement son point de vue, si tout le monde pouvait penser de la même façon...

Nous sommes totalement séduit par le stop et on décider de se lancer un petit défi, traverser le Laos du sud au nord en stop !

Le plateau des Bolovens

Notre chauffeur nous dépose près du centre ville. Sur le chemin de notre Guesthouse, nous faisons la route avec un couple néerlandais avec qui nous avions sympathisé quelques jours plus tôt. La ville de Pakse ne présente que peu d'intérêt, nous décidons de louer nos scooter pour le lendemain matin chez Miss Noy, un belge expatrié qui fourni un service de qualité.

Deux possibilités s'offrent à nous pour explorer le plateau des Bolovens :

  • La petite boucle : elle se fait souvent en 2 jours, c'est un condensé.
  • La grande boucle : la plupart des voyageurs la font en 4 ou 5 jours.

Première cascade, premier accident de scooter

On décide de partir sur la grande boucle pour 4 jours. Après une quarantaine de kilomètres sur la belle route, nous décidons de prendre une petite piste qui mène à une cascade : Tad Champee

La route n'est pas en très bon état, il y a beaucoup de trous et de poussière. Malgré notre prudence, la roue avant du scooter glisse et c'est l'accident : on tombe sur le coté droit. Heureusement nous ne roulions pas très vite. Le scooter n'a pas grand chose (une poignet de freins cassée et quelques griffures) et rien de cassé pour nous, juste quelques belles égratignures sur les genoux et les avant-bras, rien de bien dramatique.IMG_2304.JPG

Tad Champee, la cascade à éviter !

On arrive finalement à la cascade, on en profite pour accessoirement se baigner et surtout se nettoyer les plaies. Ca pique plutôt pas mal et on décide d'écourter les visites de la journée pour rejoindre Tad Lo, un village à quelques dizaines de kilomètres de là où nous avons prévu de dormir.

Tad Lo, un petit coin de paradis

Tad Lo est un petit village étape sur la boucle des Bolovens. Dans le centre du village, il y a une cascade où les enfants se baignent en fin de journée, les éléphants aussi. L'endroit est calme et paisible.

Nous dormirons chez Mama Pap, une famille qui propose des nuits pour presque rien. Elle fait aussi des pancakes banane/chocolat absolument incontournables, nous n'en avons pour l'instant pas mangé de plus gros ! Il n'en fallait pas moins pour réconforter Marie ! 

IMG_2306.JPG

Les pancakes de la Mama, un bon réconfort pour Marie !

En voyant nos plaies, elle nous conseille d'aller à la pharmacie du village. Habituellement, nous avons tout ce qu'il faut avec nous mais là, nous avons laissé notre gros sac chez Miss Noy et notre pharmacie par la même occasion... On achètera de la bétadine qui s'appelle ici de la Pétadine, des compresses où l'on voit presque à travers et un bandage qui fait de la poussière en le déroulant. 

IMG_2326.JPG

Super bandage à la Pétadine, pensée à nos connaissances infirmier(e)s !

Le lendemain matin, les plaies sont infectées et nous préférons prendre la direction du retour pour soigner ça. Kevin et Marco se trainent depuis 3 semaines des plaies qu'ils s'étaient fait au Cambodge, lors du volontariat avec les enfants et on a pas envie d'en avoir de nouvelles.

Village ethnique et culte animiste chez Mr Hook

Sur le chemin du retour, nous voyons un petit panneau " Mr Hook, coffee plantation". Le plateau des Bolovens est célèbre pour ses cascades mais également ses plantations de café. Nous décidons de faire un petit stop et nous ne le regretterons pas.

Nous commençons par déguster un bon café en compagnie de Mr Hook qui parle un anglais parfait. La dégustation se fait dans des tasses fabriquées en bambou. En parlant de bambou, il nous propose également de fumer dans un bambou du tabac et du sucre de canne. C'est plus fort qu'une cigarette, surtout pour nous qui ne fumons pas ! Dans le village, les enfants fument ça dès l'âge de 3 ans... 

IMG_2335.JPG

Les enfants fument à partir de 3 ans : eau, tabac et sucre de canne.

Nous décidons d'en savoir un peu plus et décidons de faire le tour du village avec Mr Hook.

La culture du café

Le café est la principale source de revenu de Mr Hook. Il commence par nous expliquer qu'il cultive deux variétés de café : l'Arabica et le Robusta

La grande majorité de la récolte part chez un grossiste et le café finira dans nos supermarchés.  Si vous voulez comparer avec le café que vous achetez au magasin, à la base, il est vendu 60 000 kips (environ 7 euros) le sac de 10/15kg !

Il en garde un peu pour sa famille et les touristes qui s'arrêtent lui rendre visite. Lorsque nous sommes arrivés, il était en train de trier les graines de cafés : il suffit de les mettre dans l'eau et de retirer les graines qui flottent qui sont mauvaises.

IMG_2347.JPG

Les plantations de café de Mr Hook, Arabica et Robusta.

L'autosuffisance du village

En faisant le tour du village, il nous explique que son village se contente principalement des ressources que lui offre la nature. Ils élèvent poules et cochons pour se nourrir. Il y a forcément la culture du riz, du café, des bananes.

Ils utilisent aussi beaucoup de plantes aux vertus médicinales pour guérir les maux de ventre, les brulures ou autre. Lors de la visite, il nous montre ces différents arbres, il y en a même un qui permet de faire des bulles avec sa sève, comme ce qu'on achète en France pour les enfants lors d'une fête, 100% naturel ! 

L'animisme, le culte des esprits

Mr Hook nous explique que son village est animiste, c'est à dire qu'ils croient aux esprits, bons ou mauvais. Le village possède un gourou qui invoque les esprits lors des prises de décisions ou des cérémonies. 

Les cérémonies sont organisées les soirs de pleine lune, car si la lune n'est pas présente, il y a des mauvais esprits.

Il nous montre également une forêt dans le village qui contient les esprits et dans laquelle personne n'a le droit d'aller.

Avant de continuer la lecture

La suite de l'article parle de la culture des esprits et des rituels du village. Ce sont des choses que nous n'avons jamais entendu auparavant et elles pourraient choquer. Nous déconseillons aux enfants de lire la suite.

Les études de Mr Hook

Mr Hook nous explique que la grande majorité des villageois ne savent pas écrire et que la plupart ne savent même pas parler Lao, seulement leur dialecte. On lui demande alors comment ça se fait qu'il parle anglais et il nous raconte son histoire.

IMG_2353.JPG

Kevin, Mr Hook et sa femme.

A l'âge de 8 ans (approximatif car il sait seulement qu'il est né après la saison des pluies), ses parents ont voulu le marier, comme c'est la coutume dans le village. Il a refusé car il voulait aller a l'école et mariage et études sont incompatibles. 

Vers ses 13 ans, ses parents lui ont trouvé une nouvelle femme mais il a encore refusé et a privilégié l'école. Il est parti étudier dans le village de sa maitresse puis à Bangkok en Thaïlande.

Quand il est rentré au village, il avait 21 ans et son père lui a posé un ultimatum : il doit se marier avec la femme que son père a choisi ou il sera renié de sa famille et ne pourra plus revenir dans le village. Il est contraint d'accepter le mariage.

Il faut savoir que les enfants fument à 3 ans, ils se marient à 8 ans et ont des enfants à 12 ans.

Mariage, sexualité et polygamie

Lors d'une cérémonie, le gourou du village a invoqué les esprits qui lui ont dit que quelqu'un avait cassé la règle : pas de sexe avant le mariage. Le gourou a demandé aux hommes célibataires de se dénoncer mais Mr Hook ne l'a jamais fait.

Le gourou a convoqué les hommes célibataires. ils devaient planter un couteau dans le riz : si le couteau restait droit, c'est qu'il avait fauté, sinon pas de problème. Lorsqu'il est passé devant le gourou, le couteau est resté droit mais il a continué à nier.

Le gourou l'a convoqué une nouvelle fois avec son père. Le gourou a tué un poulet et a mélangé le sang avec de l'eau. Mr Hook devait boire ce mélange : s'il n'a pas fauté, il n'allait rien lui arriver. S'il avait fauté, il allait mourir dans les trois jours. Son père a pris peur et a décidé de payer pour lui : il a du payer un chien, un cochon et des poules aux villageois.

Mr Hook a fauté par 3 fois et lors du décès de son père, les villageois ont dit que c'était sa faute. Aujourd'hui, il n'a plus le droit de sortir seul du village par crainte de tentation. Il n'a également plus le droit d'aller dans les maisons des autres villageois, y compris sa famille, car il a des mauvais esprits en lui.

IMG_2352.JPG

La plus grande maison du village, 60 personnes.

En parlant des villageois, chaque famille vit dans la même maison. La plus grande maison héberge 60 personnes. Vous vous demandez comment ils peuvent avoir une aussi grande famille ? Hé bien c'est simple, ils sont polygames. Certains hommes ont jusqu'à 6 femmes et un homme de 50 ans peut avoir une "femme" de 12 ans... 

Mr Hook n'a qu'une seule femme car il dit qu'une femme, ça coute cher (Enfin un point commun avec la France !!!).

La naissance des enfants

Lorsqu'une femme est enceinte, juste avant d'accoucher, elle doit aller dans une forêt sacrée du village avec sa mère. Elle accouche dans cette forêt et rentre au village quelques semaines plus tard. 

Lorsqu'elle revient, le gourou organise une cérémonie. La mère doit dire au gourou si elle pense que c'est un bon bébé ou non. Si elle juge qu'il est mauvais alors il est abandonné en dehors du village.

C'est le gourou qui décide du prénom de l'enfant lors de la pleine lune suivante.

La cérémonie du chien

C'est probablement la chose la plus difficile et incroyable que nous avons entendu. 

Le gourou organise une cérémonie un soir de pleine lune dans le centre du village. Lors de cette cérémonie, un chien est attaché sur la place. Les villageois, chacun leur tour, donnent un coup de pied au chien : l'objectif est de transmettre au chien les mauvais esprits qu'ils contiennent.

Lorsque le chien est mort, ils le jettent en dehors du village avec les mauvais esprits en lui.

Il y a aussi une autre cérémonie où un buffle est sacrifié.

IMG_2351.JPG

La place du village, le lieux des cérénomies...


Voilà, nous en avons fini pour la visite du village animiste. Nous avons encore du mal à croire certaines choses. C'est forcément assez difficile à accepter pour nous petits occidentaux mais nous devons respecter leurs croyances, et c'est aussi pour ça qu'on voyage !

Retour à la réalité et départ vers Thakek en stop

Une fois remis de nos esprits (c'est le cas de le dire !), nous prenons la route de Pakse. Nous rendons le scooter et les dégâts s'élèvent à 25 000 kips, soit trois euros ! C'est l'avantage d'avoir loué chez un expatrié, nous aurions probablement payé 10 fois plus chez un local.

IMG_2364.JPG

Petite cascade sur le chemin du retour

Miss Noy nous explique qu'un allemand avait eu un accident la veille avec une femme. La femme s'était cassé le bras et ne pouvait pas travailler pendant un mois. Miss Noy a négocié pour eux, il lui a seulement payé un mois de salaire et les frais d'hôpital, soit environ 300 euros. Il faut savoir qu'en général c'est avec la police que les négociations se font, et vu le niveau de corruption, c'est préférable d'éviter.

Après deux jours de repos pour faire sécher les plaies et éviter les infections, nous prenons la direction de Thakek en stop pour rejoindre Marco qui avance un peu plus vite que nous. Le trajet s'effectuera assez facilement : 370 kilomètres, 2 véhicules, 6 heures de trajet et arrivée 2 heures avant le bus !


Conseils aux voyageurs - Bolovens

Trajets en stop :

4000 îles - Pakse : 150 km, 4 heures, 5 véhicules 

Pakse - Thakek : 370 km, 6 heures, 2 véhicules

Un peu plus de 40 euros d'économies sur les deux trajets pour 2 personnes.

Location de scooter à Pakse : 

Miss Noy, géré par Yves, un belge expatrié. On ne peut que vous le recommander. 60 000 kips (8 euros) la journée, un poil plus cher, mais le service y est : briefing d'une heure avant de partir, assistance en cas de problèmes, pas d'arnaque en cas d'accident.

Hébergements :

Pakse : Nok Noy guesthouse, pas très loin de chez Miss Noy, 50 000 kips la nuit (6 euros).

Tad Lo : chez Mama Pap, Homestay sommaire mais 30 000 kips pour deux (4 euros). Vous êtes obligé de tester les pancakes !


Notre séjour aux Bolovens a été écourté par une chute en scooter. Nous en gardons néanmoins un bon souvenir et notre visite dans le village animiste de Mr Hook nous restera marqué pour un bon moment. Nous prenons la direction de Vang Vieng en stop, avec un arrêt à Thakek.



Commentaires (2)

  • La-gueuze Il y a 3 ans

    Houlalala.... on est loin de tout ça. ... ms comme vous dites... il faut voyager pour vivre tout ça en life!! Pour les bébés je ne préfère pas y penser....

    0 réponses - répondre
  • Sister.Sophie Il y a 3 ans

    Bah dites donc que de croyances !!! Pauvres enfants, les filles surtout et les bébés... Sans parler des chiens et autres !!! Les cultures sont vraiment différentes.... Super article bisous

    0 réponses - répondre

Ajouter un commentaire